Le yoga n’en finit pas d’avoir la cote. Déjà loué pour ses vertus antistress, il est aussi objet d’un nouveau ministère en Inde et vient de se voir consacrer par les Nations-Unies une nouvelle Journée internationale (le 21 juin). Et la discipline s’affiche désormais comme facteur de prévention des risques cardiovasculaires.

C’est en tout cas ce qui ressort de l’enquête, basée sur 37 études et 3.000 personnes, réalisée par le Dr Myriam Hunink, chercheur au centre médical de l’université Erasme de Rotterdam. Dans la revue European Journal of Preventive Cardiology, la scientifique affirme que le yoga serait aussi bénéfique que le jogging, le vélo ou la marche rapide en termes de prévention cardiovasculaire.

Bon pour les personnes souffrant de mobilité réduite

Sa pratique permettrait en effet de réduire les risques d’obésité, d’hypertension artérielle et de cholestérol. Si l’enquête pâtit d’apports scientifiques établis, elle tire ses conclusions des bienfaits provoqués par la combinaison de l’étirement musculaire, des exercices de respiration et de l’aspect relaxant du yoga.

Une théorie qui apporte en tout cas de l’espoir aux personnes souffrant de mobilité réduite, davantage exposés aux risques d’affaiblissement cardiaque, qui n’auraient plus besoin de suer pendant des heures pour avoir un coeur en bonne santé. Pour rappel, cette étude néerlandaise n’est pas la première à vanter les mérites du yoga pour la santé. Il serait notamment préconisé pour soulager les maux de dos, traiter l’incontinence urinaire.